Santé

Chute de cheveux, à quel moment faut-il s’inquiéter ?

Une partie des cheveux tombe au brossage, c’est normal. On doit s’inquiéter si les chutes de cheveux tombent sans raison apparente. La consultation médicale est de mise pour connaître la conduite à tenir, et les précautions à prendre.

Comment faire la différence entre un fait passager et chronique ?

Les cheveux sont soumis à de nombreux facteurs qui influent directement ou indirectement sur leur croissance. Cependant, une chute de cheveux peut être constatée à tout moment. À ce titre, l’on distinguera une perte de cheveux chronique d’une part, et une chute de cheveux passagère d’autre part. Il convient de consulter un médecin pour être sûr de la nature des faits. L’on parle alors d’effluvium télogène chronique lorsque la chute passagère devient récurrente. Si elle a été transitoire, l’on fait référence à un fait aigu. En revanche, l’alopécie androgénétique est une autre forme de perte de cheveux qui est principalement due à une hypersensibilité aux hormones mâles.

Quand faut-il s’inquiéter et prendre des mesures face à une chute de cheveux ?

Dans le cas d’un effluvium aigu, la chute est souvent saisonnière. Le changement de température, la chaleur et les agressions subies par les cheveux peuvent accélérer la destruction capillaire. Ce phénomène ne dure pas plus de 3 mois. Toutefois, si la chute persiste, il y a lieu de s’inquiéter et de consulter un médecin.

Différents facteurs stimulent également la perte de cheveux. La période post-partum est l’une des circonstances favorisant la chute capillaire chez les femmes. Néanmoins, la fatigue et certains traitements médicamenteux tout comme un déséquilibre hormonal peuvent avoir des conséquences sur la densité et le volume de la chevelure. Il faut donc consulter rapidement un médecin si le dégarnissement s’installe dans le temps. Il peut s’agir en effet d’un effluvium télogène chronique. Deux causes sont remises en question : un dysfonctionnement thyroïdien et une carence en nutriments.

Que faire par rapport à une chute de cheveux transitoire ?

Il existe des remèdes pour résoudre une perte de cheveux passagère. Une chute saisonnière ou réactionnelle est souvent curable. À l’arrêt d’un traitement, les cheveux reprennent leur cycle normal. Il en est de même lorsque les cheveux cessent de subir les aléas du climat. Pour une chute passagère, les médecins prescrivent généralement des solutions cosmétiques, que l’on associera à une complémentation nutritionnelle enrichie en vitamines, en minéraux et en acides aminés. Cette attitude encourage les follicules pileux à retrouver leur rythme de développement.

Comment se comporter face à une chute de cheveux chronique ?

Si la chute de cheveux est chronique, seule une consultation médicale pourra révéler les causes. Chez les hommes, une calvitie naissante peut être héréditaire. Dans ce cas, l’on envisagera une implantation de bulbes sur les zones dégarnies. C’est ce qu’on appelle une greffe de cheveux. Cette solution permet de venir définitivement à bout de la chute de cheveux. Des infections peuvent également conduire à la perte partielle ou totale des cheveux. C’est le cas des infections cutanées comme le psoriasis ou le lichen plan. Chez la femme, la présence accrue de testostérones peut entrainer une alopécie. Un traitement hormonal est donc envisageable pour stabiliser la sécrétion hormonale.